La Béroje dont le nom signifie « la Jolie » en gascon.
C’est vers 1868 qu’Eugène L’Huillier (époux de Berthe de Rémond) entreprit de remanier la vieille bâtisse du 16ème siècle.

Un domaine familial

        Ce très ancien domaine agricole fut acquis par le comte de Rémont dans la première moitié du 19ème siècle : traversé par le ruisseau du Ludon (frontière actuelle entre le Gers et les Landes) cette vaste propriété comportait des prairies pour l’élevage, de belles forêts et des terroirs variés propices à la viticulture et aux céréales . Tout un peuple d’artisans, de métayers, de brassiers y vivaient. D’une façon ou d’une autre beaucoup de gens du pays dépendaient peu ou prou du domaine.

        Les vignes ont assuré jusqu’après la guerre de 39-45 un vin léger destiné aux gens de la Béroje ( 7 litres par homme et par jour, et 3 litres pour les femmes dans les grandes « manœuvrées » ! ) mais aussi à la distillation : les pièces d’Armagnac étaient alors acheminées principalement vers les grandes maisons de négoce de Cognac ( ce n’est qu’en 1909 que la loi sur les appellations sépara le Cognac et l’Armagnac) .

1906 : sur le perron de La Béroje après le mariage de Gustave et Marthe L’Huillier à Paris. La jeune mariée est accueillie par les gens de La Béroje et les voisins de campagne.

        Les descendants – la famille L’Huillier puis Crombez de Montmort – pérennisent la production, transmettant de génération en génération leur savoir-faire dans l’art d’élever les eaux de vie. Mais c’est vraiment Bernard L’Huillier (1924 -1999), grand connaisseur et amateur passionné qui fit la renommée des armagnacs millésimés du « Château de La Béroje  ».

Notice de Jean-Luc Petit Renaud dans le guide « le Petitrenaud des bonnes maisons » 1999-2000

Armagnac Château la Béroje (Hontanx*) :

« L’Armagnac n’est pas une eau de vie comme les autres. Elle n’a pas encore été normalisée par la grande distribution ; c’est pourquoi les producteurs indépendants jouent un rôle décisif dans l’existence de ce produit d’exception .Les amateurs savent que le Bas-Armagnac est la meilleure de toutes les eaux de vie de la région. A Hontanx, on est au cœur de la meilleure région, et le cœur , c’est le  château de la Béroje . Bernard L’Huillier produit un Armagnac tout en noblesse, le meilleur à notre connaissance. La vente se fait directement à la propriété ; le maître des lieux vous initiera si nécessaire, c’est un puits de science. »

* Le domaine de La Béroje s’étend sur les communes du Houga, Bourdalat, Hontanx, à cheval sur le Gers et les Landes

Bernard L’Huillier

        Si le domaine a connu une période d’effacement au tournant du siècle, jamais n’en a été ternie la qualité de sa production. Il est maintenant raffermi et ambitionne de retrouver sa place parmi les grands noms de l’Armagnac. Cette vocation s’ancre avec confiance dans un monde gascon dont les traditions perdurent avec une réjouissante vigueur. Et combien restent précieux pour nous ces mille liens avec notre voisinage rural qui font le sens de ces lieux chargés d’histoire, inscrits profondément dans leur  « petit pays » !